ASSEMBLÉE PLÉNIÈRE – SOINS PALLIATIFS (22 janvier 2015)

Article paru dans l’Avenir de l’Artois du 22/1/2015

 

CONFÉRENCE « DIÉTÉTIQUE » du 31 janvier 2013

Nicole, 65 ans : l’importance de trouver un équilibre pour être bien dans son assiette

PUBLIÉ LE 05/02/2013 Par La Voix Du Nord

| COMITÉ DES SAGES DE LENS | Premier rendez-vous de l’année pour les adhérents du Comité des sages de Lens. Jeudi, le centre social Dumas les a accueillis pour une rencontre avec Anne Durot, diététicienne au centre hospitalier de Lens. L’équilibre alimentaire, un point important pour la santé des personnes âgées en particulier. Dans la salle, Nicole, 65 ans, était friande de conseils. Et dans sa salle à manger, comment ça se passe ? Elle se met à table…

Après ce premier rendez-vous du Comité des sages consacré à l'équilibre alimentaire, Nicole compte faire un peu plus attention.

 

PAR CAMILLE RAAD

lens@info-artois.fr

 

 

 

 

 

 

Nicole a raison : il est toujours intéressant de rencontrer une diététicienne, quel que soit l’âge. Parce qu’on «  entend tout et n’importe quoi ». Boire un verre de vin rouge par jour, ingurgiter un litre et demi d’eau, manger cinq fruits et légumes par jour, etc. Bref, on a tous de quoi s’y perdre dans les messages véhiculés ici ou là. Difficile de faire le tri… Sauf qu’à « partir d’un certain âge, le corps subit des changements, les besoins alimentaires sont différents ». Les envies aussi. Nicole le sait bien, elle qui était « très carnivore quand (elle) était jeune. Je pouvais manger de la viande, quasiment pas cuite. Maintenant, le seul fait de voir de la viande lorsque je fais des courses, par exemple, me fait ressentir un écoeurement. Ça ne me donne pas du tout envie. Je me force à en manger parce qu’il le faut. Sinon, le soir, je mangerais seulement un bol de potage. S’il n’y avait pas mon mari, je ne me mettrais même pas à table. Mais ce n’est pas bon, pas normal. » Et dangereux surtout.

« Signaux d’alarme »
     Anne Durot, la diététicienne et nutritionniste du CHL, a d’ailleurs averti son auditoire des risques liés à la dénutrition. Revenus insuffisants, perte d’autonomie, veuvage, solitude, médicaments font partie des dangers qui y mènent. Les conséquences sont importantes : aggravation des pathologies, voire décès, ostéoporose… « Les produits laitiers, c’est pas non plus mon truc, confie la sexagénaire.
La diététicienne m’a donné des petits signaux d’alarme. J’ai la chance de ne pas avoir d’ostéoporose, mais on continue à vieillir et ça ne va certainement pas arranger les choses. Je vais donc regarder les choses avec plus d’attention, faire plus d’efforts. » Même s’«  il faut prendre les grandes lignes. Elle a donné quelques pistes, qu’il faudrait que je suive, mais il ne faut pas que ça devienne obsessionnel.
Si on me dit : il faut manger 30 grammes de ça, boire un litre de ça… Ça va m’énerver. Il faut un équilibre. » Un équilibre qu’elle a déjà trouvé avec son diabète. « Je mange quand même un gâteau de temps en temps. Il faut savoir doser. » Autre facteur à prendre en compte avec l’âge, plus féminin : « La ménopause. C’est un bouleversement important. On prend du poids, ça nous perturbe. » Pourtant, hors de question de parler de régime, autre voie royale vers la dénutrition. Nicole préfère s’activer. «  On bouge moins à la retraite. Personnellement, je vais à la piscine, au marché à pied. Mais quand il fait mauvais dehors, j’ai tendance à prendre la voiture. » La joyeuse dame fait aussi la lecture aux plus jeunes, donne des cours. « C’est une forme d’activité intellectuelle, et ça fait du bien aussi. » Ça évite l’isolement ou la baisse de moral qui pourraient mettre en berne l’appétit.
Nicole va donc faire des efforts mais continuer à savourer les petits plaisirs de la vie. •

Comité des sages de Lens, centre Jouhaux, rue Eugène-Bar, 62 300 Lens ;http://association-sages-lens.fr ; association-comite.sages.lens@orange.fr

 





 

NOUS AVONS FETE NOS 10 ANS !

Dix ans d’âge pour le comité des sages
et pourvu que ça dure !

|  VIE ASSOCIATIVE |
Pierre Chapouthier avait été le premier de cordée. L’ancien élu lensois, militant socialiste de toujours, avait été élu président du comité des sages en 2001

Les fidèles du comité remplissaient abondamment les lignes de la troupe en marche du comité des sages.

Créé en 2001 sous l’égide de la municipalité qui souhaitait utiliser les forces vives des personnes du 3e âge, retraitées le plus souvent, pour créer un lien intergénérationnel fort. Jusqu’en 2008, Pierre Chapouthier avait créé les conditions du fonctionnement du comité.
Depuis, Paul Delaby a pris le relais. L’assemblée générale qui s’est déroulée jeudi soir a été l’occasion de rendre hommage à son prédécesseur et à tous les pionniers aujourd’hui disparus. Le fait est que plus qu’ailleurs, les membres du bureau directeur avancent en âge. Paul Delaby a donc insisté sur le besoin de sang neuf dans les rangs. Le surmenage guette la cheville ouvrière des sages.
Une collaboration efficace En attendant de voir les bénévoles volontaires sortir des rangs, la lecture des différents rapports met finalement en exergue un fait majeur  : la collaboration efficace, gagnante-gagnante avec le monde de l’Éducation nationale. Au sein des écoles en ville, des collèges (Jean Zay, Jean-Jaurès notamment) ou des lycées (Robespierre en particulier) on se félicite des actions intergénérationnelles établies. Des pistes sont en cours de réflexion concernant une collaboration avec le lycée Béhal. Manifestement, les jeunes apprécient l’expérience des retraités et ces derniers apprécient d’être formés par les générations montantes aux nouvelles technologies. Paul Delaby aimerait formaliser davantage les protocoles d’accord avec l’inspection académique.
Les actions liées à la citoyenneté, l’offre culturelle destinée aux anciens, l’accès à Internet, etc. ont fait l’objet d’un résumé classique de la part du comité consultatif des sages. Pour le reste, l’élection prévue au programme n’a pas bouleversé la donne : Paul Delaby est toujours président.

YVES PORTELL
http://association-sages-lens.fr/

[Source : La Voix du Nord]
Publié le 17/11/2012

Paul, Jean-Claude et Roland dans les locaux de l’Avenir de l’Artois

ANNIVERSAIRE

Les Sages fêtent leurs dix ans ce jeudi salle Dumas

 À eux trois, ils doivent dépasser allégrement les cent ans et pourtant ils fêtent leurs dix ans. Ce jeudi 15 novembre à 14h30, le comité des sages emmené par Paul Delaby, son président depuis 2008, fêtera ses dix ans d’existence.

Le président était déjà parmi les membres fondateurs en 2002 lorsque le comité des Anciens (c’était son nom d’époque) avait été mis sur pied en même temps que quatre autres comités (de trois quartiers et des jeunes). « Lors de sa nouvelle mandature, Guy Delcourt avait voulu mettre cela en place, en veillant à ce qu’aucun élu n’y figure, » rappelle le Lensois. Réélu en mars 2008, le maire socialiste renoue avec les trois conseils de quartiers pilotés par l’adjoint de quartier référent. Fin de non-recevoir pour Paul Delaby : « En novembre 2008, on a décidé de continuer en étant indépendant et en exigeant une participation d’adhésion de cinq euros. À la fin 2011, on était à 134 membres ». Néanmoins, on trouve douze adhérents du comité des sages parmi les inscrits aux conseils de quartiers, « à titre individuel » souligne encore le président.
De ces dix années passées, les membres se souviennent notamment du gros travail intergénérationnel fait sur la citoyenneté avec l’élaboration d’une charte en 2003 ou encore les opérations école ouverte pendant l’été au lycée Béhal. Mais c’est surtout le travail quotidien qui refait surface parmi les souvenirs et les organisations des trois ou quatre assemblées générales annuelles.
Sur l’évolution de la ville, les membres confirment qu’ils font des propositions : « Comme par exemple sur l’amélioration de la vie des personnes âgées. On ne peut pas dire qu’on ne donne pas notre avis mais bon, on n’a pas de retour même si le maire souligne qu’on fait du bon boulot » rétorque Roland Legras des commissions intergénérationnel, sécurité et cadre de vie. D’autres sujets interpellent évidemment nos « Sages ».
Le stationnement payant ? « Il était difficile d’y échapper. Après, les modalités, c’est autre chose » répond du tac-au-tac Paul Delaby.
Le nouveau logo de la Ville ? « On ne peut pas dire que la commission histoire de Lens y était favorable. La modernité, c’est bien mais c’est bien également de connaître ses racines. Regardez le succès du livre sur l’Art déco » tempère Roland Legros.
L’implantation de la cyber base à l’école Jean-Macé ? « Il faudra voir quel public viendra. Mais c’est bien qu’il n’y ait pas tout dans le centre-ville  » affirme Jean-Claude Hubert le secrétaire.
M. Pruvost.
– AG jeudi 15 novembre, 14h30 à la salle Dumas.
Un hommage sera rendu à Pierre Chapouthier.

[ Source : L’Avenir de l’Artois ]
jeudi 15.11.2012

 

HISTOIRE : Des rapports entre la Iere Croisade et le secteur de Lens

Lundi 5 mars, à la Maison syndicale, le comité des Sages recevait Madame Plessis, professeur d’histoire pour une conférence intitulée « Le rôle des fils des Comtes de Boulogne et de Lens dans la Iere Croisade ».
Parlez-nous de votre thématique en quelques mots… J’étais déjà venue il y a un an pour évoquer les figures des fils des comtes de Boulogne (Eustache II et Ide de Boulogne) et pour présenter l’organisation des pouvoirs (Clergé, Seigneurie, Barons etc.). Aujourd’hui, mon intervention se porte plutôt sur la Croisade de ces fils. Les trois fils Godefroi de Bouillon, Eustache III et Baudouin. Il y a deux dates à retenir : l’appel du pape en 1095 et la prise de Jérusalem en 1099.
Rappelons que le but de cette Croisade est de délivrer le Saint Sépulcre du Christ qui est aux mains des Musulmans. Après la prise, Eustache ne reste pas à Jérusalem et rentre pour gérer les comtés de Lens et Boulogne. Godefroi, lui, reste mais ne veut pas devenir roi par modestie et piété. Il ne veut pas porter de couronne là où le Christ a porté la couronne d’épines. Il sera donc Avoué du Saint Sépulcre et organise donc le royaume de Jérusalem. Lorsqu’en 1100, il meurt, c’est Baudouin qui prend la place et se fait appeler Roi. Il devient Baudoin Ie r.
On parle de traces à Lens… Après cette expédition et le retour dans la région, il y a eu des légendes. Il y aurait eu, à Notre Dame de Lens (NDRL : la chapelle fut détruite lors de la Seconde Guerre mondiale. On la localise du côté de l’église Saint Wulgan de la route de Lille) des cheveux du Christ, il y aurait eu un bout de la Croix, il y aurait eu un élément de la couronne d’épines… Parlez-nous de Ide, comtesse de Lens et Boulogne et dont un collège porte son nom, rue Emile-Zola… Une femme très pieuse qui, à son arrivée à Lens, a fait beaucoup d’actions liées à la religion. Avec Eustache II, elle formait un beau couple loin des moeurs brutales et infidèles de l’époque. Elle a été sanctifiée après sa mort.
Propos recueillis par Maxime PRUVOST
[ Source : L’Avenir de l’Artois ]
          jeudi 08.03.2012